En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

dimanche 4 mai 2014

L'Année où j'ai vécu selon la Bible, de Arnold Junior Jacobs


J'aime bien le sous-titre de ce livre : « Ou l'humble quête d'un homme qui chercha à suivre la Bible aussi littéralement que possible », parce qu'il explique parfaitement la démarche de A. J. Jacobs durant cette année « biblique ». L'auteur a simplement lu la Bible et a listé tous les commandements (depuis « Tu ne tueras pas » jusqu'à « lapider les adultères » en passant par « En tous temps, porte des habits blancs »). Il s'est entouré de conseillers spirituels (juifs, orthodoxes ou fondamentalistes, évangéliques...) et est allé jusqu'à marquer le contour de sa porte d'entrée avec le sang de l'agneau, y écrivant des versets de la Bible ou encore a chassé un pigeon de son nid pour lui prendre symboliquement un œuf...

Certains des commandements relatés peuvent paraître totalement anachroniques, voire délirants ou juste impossibles à mettre en pratique (ne pas porter de vêtements en fibres mélangées ou encore ne manger que des fruits d'arbres ayant au moins 4 ans : comment savoir quel âge a l'arbre sur lequel ont été cueillies les bananes que l'on achète au supermarché ?). Étonnemment, l'auteur se conforme à tous ces règlements et décrit sa quête de solutions (parce qu'il s'agit réellement, parfois, d'une quête quand il est face à certains dilemmes) en s'appuyant sur un nombre assez conséquent de ces fameux conseillers (qui ont parfois des visions assez éloignées les unes des autres de ce qu'il convient de faire pour suivre telle ou telle règle).
J'ai beaucoup aimé ce livre, entre témoignage et roman, j'ai beaucoup ri aussi, en le lisant, certains passages étant littéralement jouissifs (celui où il tente de lapider, à l'aide de graviers, un homme qui se dit adultère m'a particulièrement fait rire, mais c'est loin d'être le seul, les passages sur la pureté des femmes, puis sur celle des hommes, sont, entre autres, excellents aussi). J'ai surtout été bluffée par ce qu'a fait A. J. Jacobs. Parce qu'il a réellement "tenu" un an, même un peu plus. Et que, finalement, si cette année n'a peut-être pas totalement changé sa vie, elle lui a permis de lui faire comprendre un certain nombre de choses à propos de la foi et de la vie selon les prescriptions de la religion juive, puis chrétienne par la suite. Tout au long du livre, en effet, on peut voir les questionnements de l'auteur à propos de son épouse, de son fils, de son rôle de père, de son autorité... et comment son "année biblique" lui a permis de voir les choses différemment. Et puis il y a l'humour aussi. Parce qu'il en faut une sacrée dose, ainsi, sans doute, que d'auto-dérision, pour voir le regard des autres changer ou pour accepter les conséquences d'un tel choix de vie, pendant un an.

L'auteur est américain, l'histoire se passe à New York dans sa plus grande partie, et le seul regret que j'ai, c'est qu'il se soit limité aux chrétiens évangéliques, donc protestants. Parce que les catholiques ont une autre vision des choses et qu'il aurait été intéressant de les confronter. Mais on ne peut sans doute pas lui en tenir rigueur : croiser plusieurs religions, même si elles ont toutes la Bible pour base, est sans doute assez compliqué pour ne pas, en plus, vouloir en suivre toutes les déclinaisons. À part ça, cet homme est soit dingue, soit illuminé, ou encore parfaitement sain d'esprit et juste curieux de comprendre ce qui pousse certains à vivre de cette manière... mais durant toute leur vie.

Paru aux éditions Actes Sud (Babel), 2010. ISBN : 978-2-7427-8992-4.