En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

jeudi 9 avril 2015

Voir des baleines, de Javier de Isusi

Voir des baleines, de Javier de Isusi



J'ai eu la chance de recevoir cette bande dessinée il y a environ un mois, par courrier, dans le cadre de l'opération "La BD fait sonfestival", organisée par PriceMinister (que je remercie au passage : j'ai déjà participé deux fois à cette opération, et à chaque fois cela a été l'occasion de découvrir des ouvrages et des auteurs que je n'aurais sans doute jamais eu l'occasion de lire autrement. Et dans tous les cas, les découvertes ont été passionnantes !).


Une bande dessinée, c'est avant tout une histoire, un rythme, une atmosphère, servis par le texte mais, surtout, par le graphisme de l'auteur. Et c'est souvent là que le bât blesse, parce que, le dessin, le style de l'illustrateur, soit on aime, soit on n'aime pas. Et cela peut gêner la lecture même si l'histoire est très bien écrite et passionnante.
Ici, je dois avouer que j'ai d'abord été surprise par la couleur. Le parti-pris de l'auteur est en effet d'utiliser l'aquarelle pour le dessin, avec pour toutes teintes du noir (parfois légèrement bleuté), du blanc et du jaune. On pourrait penser que cela donne quelque chose de monotone, mais il n'en est rien. Les dessins eux-mêmes sont plutôt durs au départ, les traits des personnages assez anguleux et le climat plutôt à la violence. C'est sans doute l'effet recherché par l'auteur, la violence étant elle-même très présente dans le récit avec toutefois des plages plus douces, comme des pauses, des respirations. Le récit, graphiquement, est une alternance de passages au présent (en jaune) et au passé (en noir et blanc uniquement). Visuellement, on s'y retrouve donc très bien, ce qui est un excellent point compte-tenu du récit, plutôt complexe quand on le regarde de près.

L'histoire débute en effet avec un homme dans la rue qui en épie un autre, le suit, sort une arme, vise l'arrière du crâne, appuie sur la détente... et se réveille. Un homme hanté par un crime (nous ne savons pas encore lequel) et qui sera le "fil rouge" du récit, le lien entre tous les personnages que le lecteur croisera dans l'ouvrage, dévoilant petit à petit les identités, les histoires, les peurs, les crimes.
Le lecteur rencontre donc successivement Josu, Emmanuel et Antòn, tous les trois liés de près au meurtre du père de ce dernier par l'ETA.

J'ai dévoré cette bande dessinée. D'abord surprise par la quasi absence de couleurs, j'ai très vite accroché au style graphique efficace, précis, allant droit au but, sans fioritures. L'histoire est simplement magnifique et elle m'a beaucoup touchée. D'un épisode dramatique de l'histoire du terrorisme de l'ETA en Espagne, l'auteur a su faire un drame humain en montrant non pas les armes, mais les hommes qui ont tiré. Une histoire où on voit les personnages évoluer au fil des années, où les liens se composent et se recomposent au gré des aléas de l'histoire (les heures noires du terrorisme nationaliste basque d'ETA en Espagne). Une histoire d'évolution personnelle, de remise en question, de rédemption, de pardon aussi où, malgré la noirceur des actes, le pardon et l'amour de l'autre restent possibles, où l'espérance a toute sa place malgré la difficulté à faire taire les douleurs du passé.

J'ai vraiment beaucoup aimé les trois personnages principaux, leurs histoires, leurs évolutions et, finalement, leurs choix de vie. Cette bande dessinée redonne espoir parce qu'elle dit, finalement, que quels que soient ses actes, un homme peut être pardonné s'il se repend vraiment. Le pardon, une démarche fondamentale pour le chrétien, qui, grâce au pardon accordé par Dieu, miséricordieux, peut être relevé et avancer sans honte car il se sait aimé. Et qui sommes-nous, nous, les hommes, pour refuser à nos frères ce que Dieu accorde à chacun d'entre nous ?

Cette BD est tellement bien, tellement belle, que je voudrais lui mettre un 20/20. Mais comme je sais que la perfection n'est pas de ce monde, je me contenterai d'un 19/20, amplement mérité, selon moi ! Je laisserai aux membres de PriceMinister chargés de départager les titres le soin d'établir le classement, en espérant que celui-ci sera en bonne place !

Paru aux éditions Rackam, 2014. ISBN : 978-2-87827-180-5.