En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

vendredi 30 janvier 2015

Les Sisters, tome 4 : C'est Nikol Crème !, de Christophe Cazenove et William



Wendy et Marine sont deux soeurs d'environ 12 et 8 ans. Wendy, l'aînée, est aussi brune que Marine, sa petite soeur, est blonde. Et les deux filles s'entendent... comme des soeurs : elles se chamaillent, passent leur vie à se taper dessus, mais ne peuvent pas se passer l'une de l'autre. Elles s'aiment et se détestent tout à la fois, quoi. En fait, elles sont normales !
Les différentes planches de cette bande dessinée racontent le quotidien de ces deux soeurs un peu déjantées, plutôt dégourdies, et de leurs relations en famille ou avec les copains et les copines. Les planches sont toutes indépendantes les unes des autres, certaines se suivent, d'autres non...
Mes filles (12 et 8 ans) et mon fils (10 ans) dévorent chaque tome (ils en ont 6 sur les 7 parus) et je les entend souvent rire des situations plus ou moins cocasses racontées ici. D'ailleurs, nombre de ces histoires sont tout à fait transposables à notre vie quotidienne, et c'est sans doute pour cela que ça "fonctionne" avec mes enfants... qui y trouvent une exagération drôle de leurs propres situations de conflits fraternels !
Bref, une bd sympa pour enfants !


Paru aux éditions Bamboo, 2009. ISBN : 978-2-35078-782-4.

dimanche 18 janvier 2015

Une Île au coeur du monde, de Michael D. O'Brien



Le héros de cette fresque, c'est Josip Lasta, né en 1933 dans les Balkans. Au moment où débute le récit, nous sommes en pleine Seconde Guerre Mondiale et les montagnes yougoslaves voient s'affronter les armées d'occupation (allemandes et italiennes) et les diverses factions rebelles. Josip habite un village des montagnes, préservé parce que minuscule, enclavé et sans aucun intérêt stratégique. Le nom de ce village, Rajska Polja, signifie "Les Champs Célestes"...

Mais un jour, Josip voit son monde s'effondrer et basculer dans l'horreur. Le jeune garçon va d'abord connaître la peur, la fuite, l'exil, puis l'emprisonnement, la maladie, l'exil à nouveau et, enfin, la renaissance. L'enfant, puis le jeune homme, doit faire face à des conditions de vie déshumanisantes, à une souffrance sans nom. Et pourtant, malgré la prison, les mauvais traitements, la faim, la perte de ceux qu'il aime, la haine dont il est l'objet, il parviendra à survivre et à garder son identité et son humanité.

J'ai été profondément bouleversée par ce roman. Plus de 820 pages pour raconter une vie, la vie de cet homme, traversée par la guerre, mondiale, civile, qui lui fera tout perdre. Mais sur la route de Josip se trouvent aussi des personnes qui l'aideront à "tenir" dans certains moments difficiles, puis à se reconstruire et à revivre. Un roman où l'on suit un homme très simple, habité simplement par la foi et l'envie de vivre, malgré la haine, la guerre, la souffrance physique et morale. Jamais il ne perd son humanité, même si les aléas de sa vie l'emmènent bien souvent au bord du gouffre. À chaque fois, une personne ou une autre, sortes d'anges gardiens dans ce monde hostile, lui permettent d'avancer et l'aident à préserver ce qui fait de lui un homme et non pas un animal...
On voyage beaucoup, aussi, depuis la Yougoslavie jusqu'à New York en passant l'Italie... Josip y fait de très belles rencontres, des gens humains qui font passer leur prochain avant leur profit et sont prêts à donner un peu, voire beaucoup de ce qu'ils ont pour l'aider.
Plus tard, une fois sorti de l'enfer que sont devenus les Balkans, en exil, Josip aidera d'autres, parfois plus jeunes, moins chanceux peut-être, à avancer eux aussi en restant dignes, à leurs yeux et à ceux des membres de leurs familles. En particulier, la rencontre avec le jeune Caleb est touchante parce qu'elle permet de voir Josip faire pour ce jeune garçon ce que d'autres ont fait pour lui auparavant et qui lui a permis de ne pas sombrer.

Ce magnifique roman, souvent difficile pour les images qu'il véhicule, est rempli d'espérance, de cette espérance chrétienne qui me dit que quoi qu'il arrive, je ne suis jamais seule, que Dieu m'accompagne sur le chemin de vie qui est le mien. Quelles que soient les souffrances que l'on doit traverser, c'est la Vie qui est au bout du chemin.


Paru aux éditions Salvator, 2011. ISBN : 978-2-7067-0800-8.

jeudi 15 janvier 2015

Le Mystère Goldman : portrait d'un homme très discret, de Eric Le Bourhis



Ma mère m'a offert ce livre pour Noël et, de façon assez surprenante, je l'ai dévoré. Surprenant, parce que j'ai pas moins de 5 autres livres en cours et que je m'étais promis de les terminer avant de commencer celui-là. Mais il faut croire que la fan qui sommeillait en moi devait prendre les rênes de mon cerveau et me propulser directement dans les pages de cette biographie de mon chanteur préféré...
Il faut dire que, quand j'ai découvert Goldman, j'avais 13 ans je crois, il est devenu mon "idole des jeunes" à moi. Le premier album que j'ai écouté, c'est Positif, soit en réalité son troisième en solo. Tous les albums parus précédemment (jusqu'à Entre gris clair et gris foncé inclus, puisque, même s'il est paru plus tard que Positif, je ne l'ai eu entre les mains pour la première fois que l'année suivante) sont venus plus tard, en bloc, offerts par mon parrain (un souvenir émerveillé !). Quant aux suivants, je les ai acquis les uns après les autres, quasiment religieusement, au fur et à mesure de leurs sorties dans les bacs des disquaires... Du coup, j'étais très curieuse de lire ce livre, forcément, même si je n'ai jamais été une fan au sens le plus jusqu'auboutiste du terme... (je confesse un poster dans mon armoire et des paroles de chansons dans mon agenda, mais c'est à peu près tout en ce qui concerne ma "Goldman-mania" à moi... sauf si on prend aussi en compte le contexte sonore où j'ai envahi la maison de mes parents de ses chansons jusqu'à mon départ définitif...)

Difficile d'écrire une critique de ce livre, paradoxalement. Pour plusieurs raisons : un livre, c'est un style d'écriture, un récit (fictionnel ou pas), une documentation...
Ici, il s'agit de la vie d'une personne, de la documentation sur cette personne et de ce que l'auteur de ce livre peut apporter au lecteur concernant la vie de la personne en question. Et je dois avouer que je n'ai pas appris grand-chose, si ce n'est toute la partie (la plus importante pour moi dans le livre en fait) qui raconte l'histoire de la famille Goldman. C'est-à-dire qu'en réalité, plus que "qui est Jean-Jacques Goldman ?", l'auteur raconte plutôt "d'où vient Jean-Jacques Goldman ?". Les 100 premières pages s'attachent en réalité à la famille du chanteur plutôt qu'au chanteur lui-même, les 136 suivantes étant bien consacrées, elles, à sa carrière. On pourrait penser que l'auteur du livre met à profit ces 100 premières pages pour faire une étude fouillée sur l'enfance, la scolarité de Jean-Jacques Goldman mais... non. Il y est plus question de son père et, surtout, de son frère. Après réflexion, cela paraît en fait tout à fait normal de partir de là pour essayer de comprendre une personnalité comme celle de Jean-Jacques Goldman. En effet, une personne ne vient jamais de nulle part mais est le "produit" d'une histoire et d'un héritage familial... Alors oui, bien sûr, l'histoire de Pierre Goldman, ce demi-frère révolutionnaire parti au Vénézuela puis revenu dans la Capitale et qui finira accusé (à tort ou à raison, cela reste un mystère) de meurtre, ainsi que le passé de résistant communiste de leur père, ont sûrement façonné la personnalité de Jean-Jacques, le petit frère. Eric Le Bourhis insiste d'ailleurs beaucoup là-dessus... Mais je ne sais pas, lors de ma lecture, j'ai parfois eu le sentiment que cette biographie de Jean-Jacques Goldman était comme un prétexte à la réouverture d'un dossier "chaud", d'une enquête judiciaire qui n'avait jamais trouvé de conclusion satisfaisante... J'ai même eu parfois le sentiment d'être dans une émission de télévision, du type "Faites entrer l'accusé", c'est pour dire ! Bref, j'ai ressenti une sorte de malaise, même si, au demeurant, les arguments de l'auteur pour expliquer en partie la personnalité discrète de Jean-Jacques Goldman sont troublants et plausibles.

Sinon, pour ce qui est de la vie de Jean-Jacques Goldman lui-même... eh bien je dirais que je n'ai pas appris grand-chose, si ce n'est la difficulté qu'il a eue, comme nombre d'auteurs-compositeurs à leurs débuts, à "percer" dans le domaine musical. Beaucoup des faits qui sont relatés dans ce livre sont de notoriété publique et accessibles sur n'importe quel site internet ayant pour sujet l'auteur-compositeur – sites qui eux-mêmes tirent leurs informations d'interviews télévisées, d'articles dans la presse people, etc. Du côté documentaire donc, je suis quelque peu déçue, sauf en ce qui concerne les entretiens que l'auteur a eus avec les proches de Jean-Jacques Goldman (un ancien membre de Taï Phong, son premier directeur artistique...). Là, tout de suite, le livre devient plus "vivant", et ça fait du bien. C'est finalement dans ces témoignages que Jean-Jacques Goldman devient autre chose qu'une machine à tubes et que le récit prend une belle épaisseur.

À la fin du portrait, Eric Le Bourhis a cru bon d'ajouter un "abécédaire indiscret de J. J. G.", dont le rôle est, semble-t-il, de compléter la biographie par des anecdotes, par exemple. Sauf que, plusieurs fois, ce sont simplement des redites de ce que l'auteur a déjà longuement exposé dans le corps du livre... Alors je me pose la question de savoir quel est l'intérêt de cet abécédaire, sinon de rajouter quelques pages à l'ouvrage ? Tout n'est, bien sûr, pas inutile, mais nombre des informations contenues dans ces dernières pages auraient eu tout à gagner à être développées (pour celles qui n'y étaient pas déjà) dans le corps de la biographie...

Contrairement aux apparences, je ne suis pas déçue par ma lecture. C'est un livre qui se lit très vite, qui "fait du bien" en ce qu'il parle à la fan midinette que j'étais il y a des années. Mais, l'âge aidant, peut-être, je deviens de plus en plus exigeante quant à mes lectures et celle-ci restera une parenthèse bienvenue plus qu'une lecture indispensable... (maman, c'est un très beau cadeau que cette biographie et je suis bien heureuse de l'avoir dans ma bibliothèque ! Merci de m'avoir replongée dans cet univers qui a accompagné toute mon adolescence et ma jeunesse !)

Conclusion bis : mes lecteurs habituels verront bien dans ce billet que je suis très mitigée : à la fois enthousiasmée par cette lecture parce que quand on aime, on est heureux d'entendre et de lire sur le sujet que l'on apprécie, même si ce que l'on apprend n'est pas toujours neuf et qu'il y a des redites ; mais je suis aussi assez circonspecte parce que le style de l'auteur, pour le coup, ne m'a pas totalement convaincue. Et puis, il y a des coquilles marrantes, en particulier dans la partie des notes qui suit immédiatement le texte, où l'auteur n'a pas tout à fait terminé d'inscrire ses références... en particulier à la fin, où la note mentionne : "110. Livre Didier Varrod, à compléter."
Cette note a failli me faire éclater de rire ! Une note est une information importante parce qu'elle permet de revenir à la source documentaire de l'auteur. Et ici, il a simplement omis de la citer, si ce n'est l'auteur du livre. On ne connaît ni son titre, ni l'année de parution, ni la maison d'édition... rien, donc. Espérons pour les puristes que Didier Varrod n'a écrit qu'un livre ! :)
Cette petite anecdote est exactement symptomatique de ce que je disais plus haut : j'ai l'impression d'avoir entre les mains un livre écrit par un spécialiste de la presse people ou de la presse à sensation, qui écrit tout à fait correctement mais ne s'embarrasse pas d'une vraie discipline de recherche. Cela passe très bien dans le contact, visiblement, avec les "témoins", mais fait quelque peu amateur quand il s'agit de la documentation écrite. En tout cas, malgré ces petits défauts, j'ai passé un bon moment, plongée dans le "mystère Goldman".

En fait, je me dis, après cette lecture, que faire la biographie d'un homme (ou d'une femme, d'un être humain en général) est une entreprise peut-être assez vaine dans la mesure où un être humain est un mystère à lui tout seul... Il n'est pas besoin de s'appeler Jean-Jacques Goldman pour cela : qui peut donc se targuer de connaître parfaitement quelqu'un au point de percer son "mystère" ?


Paru aux éditions Prisma, 2014. ISBN : 978-2-8104-1344-7.

samedi 3 janvier 2015

La Mystérieuse affaire de Styles, d'Agatha Christie



J'ai une affection particulière, vous le savez maintenant, pour Agatha Christie... et pour son héros Hercule Poirot. Et ici, j'ai eu de la chance, si l'on peut dire, parce que cette histoire est celle où l'on voit Hercule Poirot pour la première fois. On en apprend donc un peu sur lui, sur son histoire, son passé dans la police belge, son physique et son caractère (même si, pour ces deux dernières points, il n'est pas besoin de lire ce roman en particulier, puisqu'Agatha Christie le décrit plus ou moins régulièrement dans les romans où elle le fait apparaître). Le lecteur le découvre à travers le regard du Capitaine Hastings, à la fois ami de Poirot et témoin du meurtre... et tellement naïf qu'il est le parfait narrateur des faits. Et c'est là, je trouve, ce qui fait le génie d'Agatha Christie : trouver un narrateur crédible pour son récit, participant à l'enquête sans rien ou presque y comprendre et lui permettant de mener le lecteur par le bout du nez de A à Z. Il accompagne Poirot du début à la fin, voit donc les mêmes choses que lui (et le lecteur avec lui), et a donc toutes les clés en main pour en tirer les mêmes conclusions. Sans toutefois parvenir à trouver la bonne solution...

On apprend donc ici qu'Hercule Poirot est arrivé en Angleterre comme réfugié, son pays ayant été envahi par l'ennemi allemand, et qu'il doit son logement dans le comté d'Essex à la bienveillance de Madame Ingelthorp, riche propriétaire du château de Styles Court et héroïne bien malgré elle de la tragédie qui s'y déroule quelques heures après l'arrivée au château du Capitaine Hastings, en permission chez son ami John Cavendish, beau-fils de Madame Ingelthorp (je ne sais pas si j'ai été bien claire, là !). Toujours est-il que l'histoire elle-même est assez classique : Madame Ingelthorp s'est récemment remariée et elle meurt brutalement, empoisonnée. Or le meurtre semble impossible : la strychnine employée est un poison à effet rapide, mais ses effets ne se font sentir que plusieurs heures après l'ingestion. Par ailleurs, le meurtrier tout désigné, le jeune marié, est bien sûr absent de la maison le soir et la nuit de la mort de sa femme. De plus, la victime était enfermée dans sa chambre, de l'intérieur, rendant peu probable une intrusion nocturne qui aurait permis de l'empoisonner durant la nuit. Mais comme toujours chez Agatha Christie, les apparences sont trompeuses et le travail d'Hercule Poirot, appelé en renfort à Styles Court par Hastings, va être de démêler le vrai du faux afin d'envoyer la bonne personne derrière les barreaux. Le meurtrier est malin, prudent et rusé, et Hercule Poirot aura fort à faire pour le confondre.

Comme d'habitude, j'ai beaucoup aimé...et même si je l'avais déjà lu (et vu dans l'excellente série Poirot, de la BBC), je me suis régalée et ai été dans l'incapacité de trouver le bon coupable. Preuve qu'Agatha Christie sait merveilleusement bien distiller les indices sans que le lecteur soit à même de leur donner la bonne signification. Du grand art, quoi. Ou alors j'ai une si piètre mémoire que je pourrais le lire 10 fois sans m'en souvenir ? J'espère que ce n'est pas là que réside l'explication !

Donc, pour moi, les romans d'Agatha Christie restent une valeur sûre dont je ne me lasse jamais. D'ailleurs, pendant les vacances de Noël, j'ai commencé... Dix petits nègres !


Paru aux éditions Librairie des Champs Elysées, 1991 (Le Masque). ISBN : 978-2-7024-3318-8.