En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

mercredi 13 avril 2011

Grand Amour, de Stéphane Carlier


Quand j'ai refermé ce livre, l'un des premiers mots qui m'est venu à la bouche a été « réjouissant ». Eh oui. Et « drôle » aussi. Et pourtant, je ne pensais pas aimer autant ce roman !

Agnès, traductrice de romans sentimentaux, quitte Paris sur un coup de tête. Elle vient de vivre une déception amoureuse et a décidé d'aller retrouver en Auvergne l'homme de ses rêves, un rugbyman qu'elle a vu nu dans un calendrier et sur lequel elle fantasme depuis des mois.

Ça sent le roman à l'eau de rose, mièvre, sirupeux à souhait, non ?
Eh bien... non !

Quand j'étais adolescente, j'ai lu un ou deux « Harlequin » et très vite, j'ai été vaccinée. Les romans sentimentaux, ce n'est vraiment pas mon truc. Mais ici, c'est différent. C'est drôle, incisif ; l'héroïne est maladroite, torturée, à la limite tordue, perdue aussi ; elle est convaincue d'être une catastrophe ambulante, pire, une calamité pour elle et pour les autres. Et le récit le prouve : la pauvre Agnès enchaîne les quiproquos, les bévues, et en plus elle y entraîne allègrement les autres.
J'ai dévoré ce livre en quelques jours (et je n'ai pas eu beaucoup de temps pour lire, ces derniers temps, vous pouvez me croire ! D'ailleurs, le blog était en friche depuis deux semaines... !). J'ai dévoré, j'ai ri aux éclats, je me suis amusée comme une petite folle en suivant Agnès dans son improbable périple, dans sa recherche du Grand Amour.
Tout y est : des personnages surprenants et hauts en couleurs, pas si simplistes que ça d'ailleurs, les déboires de l'héroïne, les rencontres improbables et touchantes, les chocs culturels entre sa vision parisienne du monde et la réalité brute de la campagne auvergnate dans laquelle elle débarque...

Plus encore, ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est le second degré. La critique très présente mais jamais méchante, presque tendre, même, des romans sentimentaux, de cette passion amoureuse vécue par procuration par leurs lectrices (parce que ce sont essentiellement des femmes qui lisent ces livres, je ne pense pas révéler là quelque chose d'inédit). Et ce livre, qui plus est, entre lui-même dans cette catégorie des « romans sentimentaux », à la différence près qu'il est non seulement plutôt bien écrit, mais en plus très réjouissant...

Cette lecture aura donc été très divertissante (et j'en avais bien besoin !). Mais je crois aussi que sans me mettre à cette littérature qui m'insupporte, je ne verrai plus les lectrices de ces romans d'un même œil, dorénavant...

Un énorme merci aux éditions du Cherche-Midi et à BOB pour ce partenariat jubilatoire !

Paru aux éditions du Cherche-Midi, 2011. ISBN : 978-2-7491-1875-8

Et c'est à partir du 14 avril dans les bonnes librairies !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire