En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

mercredi 11 avril 2012

Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan



J'ai une tendresse particulière pour les récits de Delphine de Vigan. A chaque fois, j'ai été quasiment subjuguée, et toujours, le récit, l'écriture, le rythme des mots m'ont happée, emportée, au point de me scotcher littéralement à mon canapé et de m'empêcher de le quitter avant d'avoir terminé ma lecture. Ce livre-ci n'a pas fait exception. Et pourtant, je m'en méfiais. J'ai toujours un peu de mal avec les livres qui sont déjà des best-seller avant même d'être sortis ou presque. Je crains toujours le coup marketing et j'attends donc souvent longtemps avant de les lire. J'attends que l'attention soit détournée vers un autre livre, pour voir s'il s'agit d'un effet de mode ou si on continue à en parler. Et souvent, ensuite, j'oublie, et me souviens du titre lorsqu'il sort en poche. Ce qui explique aussi que je suis rarement déçue dans mes lectures !

Bref, ici, donc, je me méfiais aussi, mais si je ne l'ai pas lu à sa sortie, c'est aussi par manque de temps. Et puis nous l'avons commandé à la bibliothèque où je travaille (dans le social), et j'en ai lu beaucoup de bien sur les blogs. Il était aussi dans les propositions pour les matchs de la rentrée littéraire (auxquels j'avais participé en lisant 1Q84). Je n'en avais lu que du bien, et ma collègue, qui l'a lu avant moi, ne m'en a dit que du bien. Je n'avais donc plus aucune raison de le bouder.

Et je l'ai ouvert, sans pouvoir ensuite le refermer avant d'arriver à la dernière page (j'ai vraiment dû me faire violence pour aller me coucher, le soir du vendredi saint, vous pouvez me croire !).

Delphine de Vigan raconte ici avec beaucoup de détails mais aussi une certaine réserve, avec des nuances, des précisions, souvent de l'humour aussi et une immense tendresse, la vie de sa mère Lucile, depuis sa petite enfance jusqu'à son décès. Elle raconte les drames familiaux, la maladie, les suicides, la manière dont elle a vécu les crises de sa mère, la solidarité familiale, les non-dits... pour aller à l'essentiel, l'histoire d'une famille comme tant d'autres. Non pas que toutes les familles ressemblent à celle-ci, loin de là, mais toutes les familles connaissent leurs joies et malheurs, leurs personnalités troubles ou lumineuses, et, surtout, leurs difficultés, qu'elles soient d'ordre médical, financier, professionnel, mental ou personnel... On rencontre ici des personnages hors du commun, en commençant par Liane et Georges, les parents de Lucile, et leurs nombreux enfants. Ce pourrait être une famille presque normale, si elle n'était marquée par plusieurs drames successifs, parfois assez rapprochés dans le temps d'ailleurs, qui l'ont ébranlée sans pourtant la démolir entièrement. De sacrées personnalités, donc, qui font face comme ils peuvent à la souffrance, à la mort, à la maladie, et dont on se demande comment ils arrivent à ne pas sombrer plus nombreux dans la folie...
Mais globalement, il s'agit d'une histoire de famille, qui serait presque banale si ce n'était la construction du récit, ou plutôt le récit dans le récit. Parce que l'auteur nous partage, en même temps qu'elle nous fait découvrir la vie de sa famille, depuis ses grands-parents jusqu'à sa propre histoire, comment elle est parvenue à écrire ce texte, quelles étapes elle a dû traverser, quels doutes elle a dû surmonter pour aller jusqu'au bout de l'écriture. Écrire sur sa famille, je l'ai tenté aussi, et je sais à quel point c'est difficile, à quel point on peut se mettre en danger vis-à-vis de ses proches (ou moins proches, peut-être encore plus d'ailleurs, parce qu'ils sont sans doute moins bien placés pour comprendre). Finalement, ce que je retiens ici, c'est moins l'histoire de Lucile que le processus d'écriture. On perçoit très bien, à travers le récit, combien ce texte pouvait être nécessaire à l'auteur, combien il était important pour elle de l'écrire. Parce que l'écriture c'est ça, finalement, ce besoin de libérer les mots, les émotions, les cris qui, sans cela, resteraient muets, emprisonnés, étouffants, voire suffocants. Certains le font par la musique, la peinture, ici, ce sont les mots, parfois violents, mais toujours empreints de tendresse. J'ai littéralement été fascinée.
Et, du coup, j'ai envie de m'y remettre. Un gros, gros coup de cœur !

Paru aux éditions JC Lattès, 2011. ISBN : 978-2-7096-3579-0.

8 commentaires:

  1. Je commence ce livre ce soir...j'ai beaucoup aimé "les heures souterraines " que j'ai lu il y a quelques semaines.
    Je viens de terminer " clair de femme de Romain Gary qui m'a bouleversé...je vais essayer de le chroniquer!

    RépondreSupprimer
  2. Alors bonne lecture, il est vraiment formidable, même si un peu dur.
    Romain Gary, je n'ai jamais lu, mais je crois qu'un jour, il faudra que je m'y mette : Asphodèle en dit tellement de bien !
    Merci pour ton passage ici !

    RépondreSupprimer
  3. mêmes impressions que toi, j'ai été touchée et bluffée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça : touchée... Merci de ton passage !

      Supprimer
  4. J'ai adoré aussi, même si c'est une lecture éprouvante. je compte aussi lire "Jours sans faim" aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi ! Et "Jours sans faim" s'éclaire d'un jour nouveau à la lecture de "Rien ne s'oppose à la nuit"... :)

      Supprimer
  5. Beau billet ! Et livre superbe et émouvant !

    RépondreSupprimer