En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

samedi 7 avril 2012

Récits du prêtre An-Ching, de Ying Dussaut


Ce livre me laisse une impression mitigée, une fois de plus. Et je n'aime pas vraiment ça. Mitigée, parce que tout n'est pas nul dans ce récit. Mais il me laisse une impression de non abouti, comme s'il s'agissait plus d'un premier jet que d'un ouvrage terminé, corrigé, digéré.

Dans le positif, parce qu'il y en a quand même, j'ai trouvé ce récit très documenté, et intéressant par tout ce qu'il apporte comme connaissances. De plus, il est facile à lire, sinon bien écrit, et intéressant par l'ouverture qu'il donne sur la vie dans les campagnes chinoises. En effet, de la Chine, quand on est occidental, on ne connaît que ce que l'on veut bien nous en dire : les villes surpeuplées, la loi de l'enfant unique (assouplie depuis quelques années), le communisme... bref, peu de choses, finalement. Ici, c'est une autre Chine qui nous est montrée. La Chine de la fin du 19e siècle et du début du 20e, avant Mao, avant les Révolutions culturelles, la Chine de l'Empire Mandchou.

Malheureusement, ce livre est formellement assez mal ficelé, de mon point de vue. L'éditeur parle de « boucles temporelles, chacune plongeant plus profondément dans le passé », lui conférant son « dynamisme ». Et c'est là que je ne suis pas d'accord. Parce que si ce procédé est déroutant, c'est moins, en ce qui me concerne, par son dynamisme que par la façon dont il est amené et brouille la lecture, au point de ne plus bien comprendre l'intérêt du récit.
Finalement, on ne rencontre que très peu le prêtre An-Ching dans ces 273 pages. On y rencontre surtout Lao-Shan, et plus encore Hoang-Wai. Si ces personnages importants pour An-Ching permettaient de faire lien avec ce qu'il vit, pourquoi pas ? Le problème, c'est que le lecteur connaît si peu An-Ching qu'il lui est impossible de s'attacher vraiment à lui, avant de passer aux autres. Ces « boucles temporelles », à mon avis, n'ont fait que me perdre, sans me donner une image bien précise d'An-Ching, alors que le titre laisse supposer que c'est de son histoire qu'il s'agit...

Par ailleurs, le texte lui-même est bourré de répétitions, dans les mots, les procédés d'écriture, les idées avancées (on le saura, que les étudiants en médecine aident les paysans à apprendre à lire, et que du coup, les paysans ne se font plus avoir par les collecteurs d'impôts !!)...
Enfin, j'ai trouvé aussi une grande naïveté dans le texte, comme s'il était écrit par quelqu'un qui est enthousiasmé par sa découverte et qui se fait un devoir de l'écrire, de le transmettre au lecteur, sans prendre la moindre distance avec ce qu'il voit. Tout est ainsi « merveilleux », « magnifique », « extraordinaire », avec des sortes de tics d'écriture qui, s'ils sont plutôt sympathiques dans les premières pages, se révèlent pesants par la suite. On a ainsi droit à des descriptions dithyrambiques de la campagne Chinoise, des fêtes saisonnières, des marchés annuels dans les régions du Nord... comme s'il s'agissait d'une publicité pour inciter le lecteur à y aller, à observer, comme pour le convaincre que si, c'est vraiment, vraiment extraordinaire... C'est tellement martelé que l'auteur se répète, là encore, et qu'en définitive, cela dessert l'objectif de l'auteur qui est vraisemblablement de faire connaître ces coutumes ancestrales. Ici, il y a juste indigestion, et on a hâte de passer à autre chose...

J'ai de plus en plus l'impression que nombre des romans et récits édités par la Société des écrivains manquent d'une sérieuse relecture. Je crois me souvenir que je l'avais déjà dit à propos d'un autre livre, et puis j'étais aussi tombée sur un excellent recueil de nouvelles, alors j'avais décidé de réitérer... mais je crois que cette fois-ci, la coupe est pleine. Je vais définitivement fuir cet éditeur qui n'a semble-t-il pas le temps de conseiller l'auteur dans les corrections de son récit et d'y apporter un minimum de recul, d'esprit critique. C'est dommage, parce qu'avec un peu de travail et de réécriture, avec un véritable accompagnement, ce livre aurait pu être bien plus intéressant... Merci en tout cas aux AgentsLittéraires et à la Société des Écrivains pour l'envoi, j'ai malgré tout appris plein de choses !

Paru aux éditions La société des écrivains, 2011. ISBN : 978-2-7483-7070-6.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire