En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

jeudi 12 février 2015

Arraché à l'enfer : la résurrection d'un toxico, de Laurent Gay



Ce livre m'a été prêté par une amie et sur le coup, je n'ai pas eu tellement envie de le lire. Trop « toxico » à mon goût. Témoignage sur la drogue et la sortie de la drogue (oui, ça existe !), encore un... non, vraiment, je n'avais pas envie de le lire. Et puis, sans trop savoir pourquoi, finalement, je l'ai ouvert et n'ai plus été capable de le lâcher. L'histoire de Laurent Gay commence on ne peut plus banalement. Un enfant de 8 ans, victime, comme tant d'autres, de harcèlement à l'école. Un « grand » qui lui pique d'abord son goûter, puis le rackette franchement... jusqu'à ce que Laurent décide un jour que ça n'irait pas plus loin. Un coup de boule dans la tête du « grand » qui le terrorisait et s'en fut fini du racket. Mais ce ne fut que le début de la descente aux enfers du « petit » Laurent qui se tailla bien vite une réputation de caïd dans sa banlieue. Avec sa bande de copains, plus rien ne l'arrête (cambriolages, vols, agressions...) à l'exception de deux choses : on ne s'attaque pas aux femmes et aux enfants.

L'enfant qu'il était grandit, rencontre assez vite le cannabis et se fait renvoyer de plusieurs établissements scolaires. Petit à petit, il plonge dans la délinquance ordinaire. Sa rencontre avec le cannabis, véritable « porte d'entrée » vers la drogue dure et le grand banditisme, l'amènera à voler de plus en plus souvent pour obtenir sa dose quotidienne, puis à tuer. Il se constitue prisonnier, est incarcéré... et tout change à ce moment-là. Non pas parce que la prison l'a changé (ce serait plutôt le contraire qui se passe la plupart du temps et qui aurait pu se passer là aussi), mais parce que du fond de sa cellule et de son désespoir, Laurent « rencontre » Dieu, qui le sauve. Il lui demande tout, sachant que seul, il ne peut rien.
Après sa sortie de prison, malgré cette rencontre, il replonge dans la drogue et cumule les ennuis de santé (sida, hépatite...) qui vont l'amener à entamer une cure de désintoxication et à accepter une hospitalisation. Durant laquelle une autre rencontre va compléter la première et le mener sur un chemin de lumière.

Ce témoignage peut paraître incroyable. Pour beaucoup, ces « rencontres » ne seront que le fruit du hasard, de la chance ou autres (mais Dieu se sert des hommes, de nos propres mains, pour agir), et certains verront dans sa « résurrection » comme il l'appelle lui-même le fruit de sa propre volonté ou de la force de son psychisme. Et pourtant ce serait méconnaître ce témoignage, car Laurent le dit lui-même : seul, il n'aurait rien pu faire. Le piège de la drogue est tellement puissant qu'il faut bien plus que la volonté (inexistante d'ailleurs chez un toxico) pour s'en sortir. Pour moi, ce témoignage corrobore ce que j'ai déjà vécu : Dieu prend soin de ses enfants, si tant est que ses enfants Lui demandent de veiller sur eux. Il suffit de demander, parfois, il est vrai, avec insistance, pour être exaucé. Faire confiance. Confiance en Dieu, en la Vie, qui est plus forte que la mort et que le Malin.

Ce petit livre se lit très vite et il est édifiant. Il m'a permis de comprendre diverses choses, comme par exemple le fait que l'orgueil humain fait toujours croire qu'on est capable de s'en sortir seul, par sa propre volonté. Ou qu'on est plus fort que l'adversité. Alors qu'en fait, il faut bien admettre que, seul, face au Mal, il peut être difficile d'en sortir vivant. Seul Dieu sauve. Pour peu qu'on veuille être sauvé et qu'on fasse appel à Lui... Un livre à lire d'urgence quand on voit l'état du monde aujourd'hui...


Éditions des Béatitudes, 2007. ISBN : 978-2-84024-284-0.

2 commentaires:

  1. Merci, Amélie, de nous donner ainsi envie de lire ce que tu as "goûté" avant nous.
    Mais QUID de ton blog la Goboloskaïa, toujours bloqué au 11 septembre?
    On attend la suite avec impatience!
    Cécile

    RépondreSupprimer
  2. 11 septembre ??? Ah oui, quand même !!! Euh... ben... je vais y penser !

    RépondreSupprimer