En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

mercredi 13 février 2013

Le Maléfice de l'Améthyste, de Roger Leloup




Sorti au mois de novembre dernier, je n'ai pas pu m'empêcher de foncer à la librairie. Il faut dire que j'ai pu suivre l'élaboration de cet album grâce aux dessins confiés par l'auteur sur le site http://yoko.tsuno.free.fr.
Du coup, la curiosité était grande de voir le résultat, d'autant que si j'avais trouvé que certains albums étaient moins bons que les autres (et pourtant, ils ont été de grands succès en librairie), les derniers opus de la série m'avaient conquise (Le Septième Code et La Servante de Lucifer en particulier). J'attendais donc beaucoup du Mystère de l'Améthyste, et je n'ai pas été déçue, loin de là.
Bien sûr, en fan qui se respecte, je me suis empressée d'acquérir l'album « Esquisses d'une œuvre », qui reprend en grand format l'histoire elle-même, ainsi que les croquis et la genèse de la bande dessinée. Du point de vue de l'objet, il est à la hauteur des autres (les autres albums grand format et les intégrales, conçues sur le même principe : les bandes dessinées augmentées de commentaires de l'auteur sur l'histoire des albums et leur genèse, ainsi que des croquis, crayonnés, recherches de couleur, etc.). Un bon matériau, donc, pour comprendre comment l'auteur travaille et comment une bande dessinée de cette qualité voit le jour.

Du point de vue de la bande dessinée elle-même, maintenant, nous retrouvons Yoko et Emilia en Russie, où elles viennent d'effectuer un stage dans l'aviation civile avant de ramener le Tsar (voir Le Septième Code) en Écosse. Elles y retrouvent le cottage que Cécilia, rencontrée pour la première fois dans l'album La Proie et l'ombre, a offert à Yoko, ainsi que leurs amis Vic, Pol, Mieke et Rosée du Matin.
L'histoire commence réellement avec l'arrivée d'un notaire qui remet à Emilia une lettre venant du passé, de 1935 plus précisément, écrite par son arrière-grand-tante, à qui elle aurait sauvé la vie. C'est le début d'une aventure qui va emmener Yoko et Emilia en 1934, bien malgré elles au départ. L'aventure aidant, elles se retrouvent au cœur d'un complot dont l'instrument principal est un bijou maléfique qui détruit peu à peu la vie de Gloria, la tante d'Emilia.

Cette bande dessinée est réellement à la hauteur des dernières de l'auteur, dans la même veine. Tout y est : dessin précis, réaliste, très harmonieux au niveau des couleurs ; une aventure très bien menée, crédible, réaliste, où l'on rencontre des personnages bien trempés. Ce qui fait aussi la richesse de cet opus, c'est le festival d'avions anciens que l'on y rencontre. Les dessins de ces avions des années 30 sont très beaux, et pour une néophyte comme moi, semblent bien correspondre à la réalité. Pour ma part, connaissant la rigueur de Roger Leloup quant à son information et ses recherches, ainsi que sa passion pour les avions, je ne peux mettre en doute la véracité du dessin. En tout cas, c'est un véritable régal pour les yeux et ces avions participent à plonger le lecteur dans cette année 1934 si bien rendue sous le crayon de Roger Leloup.
Je suis donc une fois de plus conquise, d'autant plus que le complément à la bande dessinée elle-même, dans l'album grand format, offre une multitude d'informations permettant d'aller un peu plus loin dans l'univers de l'auteur et de son héroïne.

Parus aux éditions Dupuis, 2012. ISBN : 978-2-8001-5690-3 (grand format). ISBN : 978-2-8008-4862-5 (album classique).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire