En passant...



Voici un petit aperçu de mes lectures,
passées ou en cours.

Et comme un blog se nourrit aussi
des commentaires de ses lecteurs,
n'hésitez pas à vous exprimer, vous aussi !

lundi 23 septembre 2013

Les Vins d'Alsace, les vendanges de l'histoire, de Didier Eberlé et Claude Muller



Une nouvelle BD des éditions du Signe, éditeur strasbourgeois qui fait actuellement un gros travail de vulgarisation de l'histoire de l'Alsace, au travers notamment de la série BD Cette histoire qui a fait l'Alsace, donc je vous avais parlé ici, mais aussi, sur le même mode, de l'histoire de plusieurs villes alsaciennes (voir leur site ici avec le catalogue en ligne pour plus de précisions).
Le commercial de l'éditeur est venu un jour voir mon mari, viticulteur alsacien et membre du collectif des Vignerons indépendants pour lui proposer de promouvoir la bande dessinée auprès de ses clients. Alors on pourrait penser qu'il s'agit là d'un billet sponsorisé, ben pas du tout (je préfère mettre tout de suite les choses au point ;) !).

Cette bande dessinée débute en 1849, aux Hospices civils de Strasbourg, où Gretel et Hansel visitent une cave et tombent sur des fûts renfermant des vins de différentes époques, remontant jusqu'en 1472. Sur l'un de ces fûts, un verrou représente Bacchus, le dieu du vin. Gretel est passionnée par le vin et l'oenologie, et son grand rêve est d'intégrer la confrérie Saint Etienne qui, malheureusement, ne reçoit en son sein que des hommes. Quant à son cousin Hansel, lui, il n'y connaît strictement rien. Suite à un accident de tonneau, les deux jeunes gens se retrouvent propulsés dans le temps par Bacchus, qui promet de les ramener à leur époque s'ils comprennent ce qui s'est passé ou s'ils résolvent l'énigme qu'il leur soumet.
C'est le début d'une ballade à travers les siècles où Gretel apprend à Hansel (et au lecteur) l'histoire des vins d'Alsace.

Cette bande dessinée se veut être un ouvrage de vulgarisation, et j'avoue que pour une première approche de l'histoire des vins d'Alsace, c'est plutôt bien vu. On ne retiendra sans doute pas tout : l'histoire est un domaine trop complexe et trop riche pour être réduite à un ouvrage de 56 planches, mais il donne un bon aperçu des différentes étapes de la construction du vignoble alsacien et de sa renommée. De plus, il s'enrichit de données botaniques et géographiques, indispensables pour comprendre pourquoi et comment le vignoble peut s'installer et perdurer en Alsace et pas partout...
Pour moi, il s'agit donc là d'une réussite, d'autant plus que l'histoire elle-même, l'aventure des deux jeunes gens est plutôt sympathique et non exempte de mystère.

Et pour ceux que ça intéresse, mon mari est donc viticulteur en centre Alsace, à Bergheim, où il élève un vin biologique de grande qualité. Les principes qui guident sont travail sont simples : respect de la vigne, du terroir, de la météo. Il travaille en agriculture biologique, n'ajoute aucun produit phytosanitaire dans les vignes, aucun produit chimique dans le vin, ni au moment de la récolte, ni dans les tonneaux, ni, plus tard, dans les bouteilles, à l'exception du souffre indispensable à la tenue du vin (mais dans des proportions minimales pour éviter le classique mal de tête des vins blancs et particulièrement des vins d'Alsace). Les grappes sont récoltées à la main, à maturité, et aucun sucre n'est ajouté pour faire grimper artificiellement le taux d'alcool dans le vin final.
Mais le mieux, c'est peut-être de vous rendre sur le site de l'entreprise pour plus de détails !
(ça, c'était la séquence pub de ce blog, mais, promis, je retourne très vite à des considérations plus livresques !)

Edit : Au fait, quelques exemplaires de la BD sont en vente au caveau, à Bergheim, pour les amateurs de vin et de BD. J'en connais parmi les lecteurs de ce blog qui se reconnaîtront peut-être ! :)

Paru aux éditions du Signe, 2013. ISBN : 978-2-7468-3003-5.

2 commentaires:

  1. A propos de la BD, peut-être que les parents de Jean-Luc, lors de leur venue à Quimper, pourraient nous en apporter un exemplaire? Ce serait la moindre des choses que d'en avoir un à la maison,
    Cécile

    RépondreSupprimer